Faire du feu sans allumette ni briquet

Commentaires fermés sur Faire du feu sans allumette ni briquet

Pour faire du feu, il faut impérativement… une flamme ! D’accord, mais quand on a sur soi ni allumette ni briquet, comment fait-on ? Petit retour sur un savoir-faire d’autrefois, mais un peu oublié…

 

feu de camp

 FAIRE DU FEU A LA MANIERE DE NOS ANCETRES

Dictons :
• Le feu, c’est ce qui nous a fait des hommes… car les animaux, eux, ne font pas de feu !
• Le bois chauffe 3 fois : une fois quand tu le coupes, une fois quand tu le ranges et une fois quand tu le brûles !
 

Aux temps « héroïques » de la Préhistoire, il existait 2 techniques principales pour faire du feu : le feu par percussion et le feu par friction.

 

•  Le feu par percussion

Le feu par percussion consistait, dans une première étape, à taper énergiquement 2 pierres (une marcassite + un silex) l’une contre l’autre et de projeter une étincelle sur de la poudre d’amadou afin de créer une braise.  Attention, on a souvent parler à tort jusqu’à la fin du 20ème siècle (y compris dans nos livres scolaires d’Histoire !) qu’il fallait frotter 2 silex l’un contre l’autre ; c’est faux car le silex  ne procure que des étincelles dites « froides », donc sans possibilité d’allumer quoi que ce soit. Choisissez bien un nodule de silex + un nodule de marcassite (FeSO2) car la marcassite est un minerai de fer qui contient du sulfure (soufre),  lequel dégage une étincelle dite « chaude » et donc indispensable pour allumer l’amadou.

Le piège à étincelles : l’amadou, qu’est-ce que c’est ?

amadouvierOn nomme « amadou »  la partie interne du champignon amadouvier : un champignon parasite (appelé aussi vulgairement langue de boeuf,  bénitier ou sabot de cheval) que l’on trouve très souvent sur les hêtres, les peupliers ou les résineux (voir photo). La partie interne l’amadou, très douce, presque duveteuse (environ 4-5 x plus douce que le coton) a cette propriété incroyable de brûler lentement et de garder une braise active très longtemps. Une sorte de briquet préhistorique ! On l’appelle aussi souvent, dans le langage bushcraft, un « initiateur de feu ».

Réduisez votre amadou en poudre et, une fois que vous aurez obtenu la fameuse braise, il ne vous restera donc plus qu’à la transférer dans un nid d’herbes sèches pour créer cette flamme tant espérée et si indispensable pour allumer votre feu. Bien sûr ça paraît très simple, mais…

Mieux qu’un long discours, voici une vidéo excellente de l’ami Jo sur la manière d’allumer un feu par percussion :

Source : Chaîne JVall – Youtube   –    Lien : http://www.youtube.com/user/jovallmen

Note : Si vous n’avez pas de silex ni de marcassite sous la main, vous pouvez également tenter l’aventure avec une pierre à feu (= firesteel en anglais) dont le principe est également de générer des étincelles ; ça fait un peu moins authentique, mais ça fonctionne aussi.

pierre a feu

 Pierre à feu (firesteel) avec sa tige en ferrocenium et un grattoir.

•  Le feu par friction 

L’idée du feu par friction, c’est de frotter énergiquement 2 morceaux de bois pour chauffer. Comme pour le feu par percussion, le but étant d’obtenir une braise qui servira à allumer un nid d’herbes sèches, que l’on désigne aussi souvent, dans le jargon des coureurs des bois, du terme générique d’amadou (ne pas confondre cependant avec le champignon !).

Ci-dessous, une nouvelle excellente vidéo de Jo Von Allmen sur la technique du feu par friction avec un archet :

Source : Chaîne JVall – Youtube   –    Lien : http://www.youtube.com/user/jovallmen

Pour réussir un feu par friction, il vous faudra :

– Un archet en bois assez souple (p.ex. noisetier,saule,…) avec de la ficelle, du nylon ou un lacet de chaussure.

– Une planchette (de préférence en tilleul, mais on peut aussi utiliser du bois de palette, du pin, du sapin, du bois de récupération, etc…)

– un foret (le plus droit possible pour ne pas perdre de l’énergie)  + une pommelle pour tenir le foret : choisissez du bois (p.ex. chêne), une pierre assez douce (évitez le silex, le grès ou le granit). Un coquillage peut aussi très bien faire l’affaire.

L’encoche devant le trou s’appelle la cheminée.

Astuces :

• Pour que ça chauffe plus vite : avant de tourner votre foret, mettez du sable fin dans le trou (cheminée), lequel  sable va servir d’abrasif ;  

• Au début, ne pas aller trop vite avec l’archet car il faut faire de la sciure de bois, puis accélérer pour obtenir la braise ;

• C’est la structure de la sciure qui est importante pour savoir si elle va tenir la braise, et pas la vitesse de rotation de l’archet. Si la sciure est en poudre, elle va s’auto-étouffer, si la sciure est trop carbonisée, elle ne tiendra pas la braise parce qu’elle a déjà brûlé. Il faut un compromis de sciure un peu comme l’amadou.

Alors, pour votre prochain bivouac, si vous laissiez tomber allumettes et briquet pour retrouver la joie primaire de faire du feu comme nos ancêtres ! Pensez-y en tout cas, et vous verrez, quelle joie quand la flamme apparaît ! Indicible…

Mais surtout, faites bien attention à vos doigts : pour rappel, la température de la braise = env. 350-360 degrés, la température d’une flamme = ~ 600 degrés !

Dans un prochain article, je vous parlerai d’autres initiateurs de feu que l’on peut trouver dans la Nature…

A+

RAPPEL  :
• Avant d’allumer un feu en forêt, ne pas oublier de consulter la législation
en vigueur dans son département ou sa commune et,
dans tous les cas, bien respecter les règles élémentaires de sécurité :
• Un feu doit toujours rester sous surveillance
• Ne pas faire un feu au pied d’un arbre (attention au feu souterrain dans les racines)
• Garder de l’eau à proximité pour éteindre votre feu à votre départ.